Après une « rupture » de 10 ans, le Maroc et la France organisent un exercice militaire conjoint

30 mai 2022 - 10:30

Les forces aériennes marocaines et françaises ont conclu vendredi un exercice conjoint, pour la première fois depuis dix ans, dans le but de « renforcer la coopération dans le domaine de l’aviation militaire » entre les deux pays, selon des sources diplomatiques et militaires.

L’exercice, baptisé « Marathon 2022 », a été lancé en mai, dans la base aérienne militaire de Sidi Slimane, près de la capitale, Rabat. Trois avions Mirage D de la base de Nancy en France y ont participé, avec un équipage d’environ 80 personnes, en plus des équipages marocains et des avions Mirage F1-M appartenant aux Forces royales air.

Une source de l’ambassade de France à Rabat, citée par l’AFP, a déclaré que ces exercices militaires étaient « appropriés aux pilotes marocains et français pour tester le niveau d’harmonie, notamment en ce qui concerne l’échange d’expertise tactique et technique sur l’utilisation de certaines armes ».

Le programme de ces manœuvres comprenait deux exercices quotidiens, et comprenait la préparation et la mise en œuvre de tâches militaires telles que la poursuite aérienne et les bombardements, selon la même source.

De son côté, le Forum des FAR sur Facebook a considéré cette formation « comme une nouvelle manifestation du retour de la chaleur et de l’activation d’une importante coopération militaire entre les deux pays amis ».

Le Royaume s’apprête également à accueillir le mois prochain une nouvelle série d’exercices militaires conjoints « African Lion » avec les États-Unis, dans un contexte régional tendu avec l’Algérie voisine. Il est prévu que des militaires d’une trentaine de pays, notamment d’Afrique, et des représentants de l’OTAN y participent.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Algérie: le patron d’un groupe médiatique condamné à 10 ans de prison ferme

Sahara marocain: L’Espagne réaffirme sa position en soutien au plan d’autonomie

La Somalie décide d’ouvrir une ambassade à Rabat et un consulat général à Dakhla