Après la polémique, le gouvernement apporte des précisions concernant l’interdiction d’abattre les vaches laitières

21 novembre 2022 - 04:00

Le ministère de l’Agriculture, de la Pêche, du Développement rural, des Eaux et Forêts a apporté des précisions sur la décision rendue par son ministère en accord avec le ministère de l’Intérieur, qui interdit l’abattage des « veaux » de moins de quatre ans.

Le ministère a indiqué, dans une correspondance adressée aux directeurs régionaux du ministère, que l’objectif de la décision d’interdiction est de préserver ces races pour assurer l’approvisionnement du marché local en lait et ses dérivés, surtout avec la récente crise qui a fait surface. .

Le ministère de Seddiqi a souligné que l’interdiction d’abattre les vaches laitières femelles de moins de quatre ans ne signifie pas que la viande rouge est interdite sur le marché, notant que, à l’exception d’empêcher l’abattage de ce type de vache, le reste de les articles n’étaient pas interdits.

Les précisions dont le ministère a demandé la diffusion aux acteurs territoriaux et locaux, ainsi qu’aux directeurs régionaux de l’Office national de sécurité sanitaire dans les différentes régions du Royaume, indiquent que la décision d’interdiction d’abattage ne concerne que les races laitières connues comme (Holstein et montbéliarde).

Il est à noter que les instances syndicales du secteur de la viande rouge dans les abattoirs urbains de Casablanca ont demandé, dans une pétition, au ministre de l’Intérieur, au ministre de l’Agriculture et au Premier ministre, de revenir sur cette décision qu’ils ont qualifiée de « injuste », expliquant que cela empêcherait l’abattage des vaches femelles de moins de quatre ans, compromettant la sécurité alimentaire et de vie des citoyens ».

Les syndicats précités ont souligné que cette décision « a provoqué une colère accablante, dont les conséquences annoncent des réactions qui contribueront à la crise du marché sectoriel national », notant qu’elle causera « un préjudice matériel et moral aux professionnels de la filière viande rouge ».

En outre, les organisations professionnelles ont mis en garde contre la contribution de la prévention de l’abattage des vaches laitières à la flambée des prix de la viande rouge.On craint également le phénomène grandissant de l’abattage clandestin et ses répercussions sur le statu quo et la santé des citoyens. .

 

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Généralisation de la couverture médicale de base: les catégories cibles

Crypto-monnaie nationale : Une ambition réaliste ?

Lancement d’une campagne pour la promotion du paiement mobile et de la marque MarocPay auprès du grand public