Politique

Produit en 2015 et 2016… Submersion de la chaîne « Al Oula » avec des programmes de l’épouse d’un responsable de la chaîne, suscitant des critiques sur la négligence de Laraichi

Le journal « AL3OMK » a obtenu des données indiquant l’implication d’un responsable de la chaîne « AL3OMK » dans l’inondation de la chaîne avec des programmes télévisés produits par sa femme afin d’augmenter les compensations financières accordées par le Bureau marocain du droit d’auteur. Cela a suscité la colère des professionnels travaillant pour la télévision de Faissal Laraichi.

L’examen du programme hebdomadaire de la chaîne « AL3OMK » de la semaine dernière, du 11 au 17 septembre 2023, en particulier la deuxième version, révèle que quatre émissions appartenant à la femme du responsable de la chaîne ont bénéficié d’une plus grande présence que les autres. La deuxième version du programme a été modifiée pour inclure la participation de ces quatre émissions, alors qu’il n’y en avait que deux dans la première version. De plus, les épisodes ont été rediffusés tôt le matin pour éviter d’attirer l’attention.

La deuxième version modifiée du programme a contribué, selon le document obtenu par le journal « AL3OMK », à augmenter le temps d’antenne des émissions de l’épouse du responsable de plus de 10 heures par semaine, ce qui signifie une augmentation significative des compensations financières.

Ce qui est également troublant dans cette affaire, c’est que ces émissions ont été produites entre 2015 et 2016 et sont toujours diffusées aujourd’hui. Certains professionnels, qui préfèrent rester anonymes, estiment que l’objectif de cette rediffusion est d’augmenter les compensations accordées par le Bureau marocain du droit d’auteur.

Les travailleurs de la chaîne « AL3OMK » ont qualifié cette situation de « violation flagrante de toutes les normes professionnelles » et estiment que les infractions commises dans la chaîne sont imputables à la négligence du directeur général de la Société nationale de radiodiffusion et de télévision, Faissal Laraichi.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *