Politique

Mélenchon au Maroc, une visite avec des connotations politiques et une gifle infligée à Macron

Dans le contexte de la profonde crise entre le Maroc et la France, il est prévu que le politicien français de gauche, Jean-Luc Mélenchon, fondateur du parti « La France insoumise », effectue une visite au Maroc la semaine prochaine, qui durera plusieurs jours.

Le politicien français, né à Tanger et considéré comme l’un des plus ardents défenseurs du Maroc, a l’intention de visiter certaines des régions touchées par le séisme à Al Haouz, ainsi que de tenir des réunions avec les dirigeants de plusieurs partis politiques et de rencontrer le groupe d’amitié parlementaire maroco-français. De plus, il prévoit de visiter sa ville natale, Tanger, et d’organiser une conférence à Casablanca.

Cette visite fait suite à une invitation du Parti du progrès et du socialisme (PPS), le parti le plus proche idéologiquement de « La France insoumise », à un moment où les relations franco-marocaines traversent une période sombre sous la présidence d’Emmanuel Macron.

Mohammed Nabil Benabdallah, le Secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme, a souligné dans une déclaration à « Al3omk » que la visite attendue de Jean-Luc Mélenchon au Maroc n’a aucun lien avec les tensions entre Rabat et Paris. Il a ajouté que Mélenchon ne peut pas remplacer les autorités françaises, tout comme le Parti du progrès et du socialisme ne peut pas remplacer les autorités marocaines.

Concernant les détails de la visite du leader français au Maroc, Benabdallah a expliqué que l’idée de la visite remonte à plus d’un an, lorsqu’il y a eu des discussions avec Farida Amrani, une députée française du parti de Mélenchon, ainsi qu’avec le militant de gauche marocain en France, Mohamed Abdi. L’objectif était d’ouvrir des canaux de communication entre la gauche marocaine, principalement incarnée par le PPS, et la gauche française représentée par « La France insoumise ».

Benabdallah a également souligné que l’objectif de cette coordination est de sortir du cercle des divergences entre les différentes composantes de la gauche marocaine et française, afin de ne pas laisser les relations se limiter uniquement à certaines tendances de droite, voire parfois d’extrême droite.

En outre, Benabdallah a indiqué que Mélenchon débutera sa visite par Marrakech, où il inspectera les zones touchées par le séisme à Al Haouz, puis se rendra à Casablanca pour donner une conférence et présenter son nouveau livre à la Faculté de droit de l’Université Hassan II, avant de faire de même à l’Université Mohammed V à Rabat. Il rencontrera ensuite les dirigeants des partis du progrès et du socialisme et de l’indépendance, avant de conclure sa visite dans sa ville natale, Tanger.

Par ailleurs, le Secrétaire général du Parti du progrès et du socialisme a souligné que la meilleure réponse aux campagnes médiatiques françaises contre le Maroc après le séisme à Al Haouz est la démonstration par le Royaume de sa grande capacité à faire face aux conséquences du séisme.

Jean-Luc Mélenchon est depuis longtemps l’un des plus ardents défenseurs du Maroc dans diverses crises entre Rabat et Paris, notamment sa défense de la souveraineté du Maroc après le refus de l’aide française suite au séisme à Al Haouz. Il a souligné à plusieurs reprises que le Maroc possède suffisamment d’expertise pour définir les priorités à chaque étape, en soulignant la manière dont les autorités marocaines ont agi et la large solidarité du peuple marocain face à cette catastrophe.

De plus, Mélenchon a plaidé en faveur de la régularisation de la situation des travailleurs migrants sans permis de séjour en France, tout en refusant en même temps l’ouverture des frontières pour ne pas encourager une immigration massive.

Né à Tanger en août 1951 de parents d’origine espagnole, Mélenchon a grandi à Oran, en Algérie, à l’époque où elle était une colonie française, avant de déménager au Maroc plus tard. Après le divorce de ses parents, il a déménagé avec sa mère en France, où elle a continué sa carrière d’enseignante et a dû changer de domicile à plusieurs reprises en raison de sa profession, s’installant finalement dans la région de Jura, où Jean-Luc a reçu son éducation dans les écoles et les universités de la région, obtenant deux licences en sciences humaines et en lettres modernes.

Dans les années 1970, il a rejoint le Parti socialiste, où son nom est rapidement devenu célèbre au sein du parti. Il a déménagé dans la région parisienne en 1976, où il a été élu membre du parti socialiste au conseil municipal de la ville de Massy, dans le sud de Paris, puis membre du conseil local de la région de l’Essonne. Après des années d’expérience politique, Mélenchon a été nommé délégué ministériel à l’enseignement professionnel, poste qui a constitué sa seule expérience gouvernementale.

Il a longtemps été l’un des députés les plus critiques à l’égard de François Hollande après son arrivée à l’Élysée en 2012, rejoignant le groupe des députés « frondeurs » et fondant par la suite le parti de gauche « La France insoumise », qu’il continue de diriger aujourd’hui.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *