Politique

Hammoui: le financement des ateliers ouverts nécessite un décollage économique

Rachid Hamouni, membre du bureau politique du Parti du Progrès et du Socialisme, a déclaré que ‘la majorité ne devrait pas être l’avocate du gouvernement au parlement’, soulignant que la majorité et l’opposition au parlement ont été élues dans un seul but : répondre aux demandes du peuple marocain, à travers le contrôle, le travail législatif et le travail diplomatique parlementaire parallèle.

Hamouni considère que ‘le financement des chantiers ouverts, tels que la gestion de la sécheresse en tant que problème structurel et fondamental, le soutien social direct, la couverture de santé et la réforme des systèmes de santé et d’éducation, ne peut se faire qu’avec un vrai démarrage économique qui génère la richesse nécessaire pour financer ces chantiers’.

Ceci a été dit dans un discours de Rachid Hamouni, lors d’une session de dialogue dans le programme ‘La politique sous une autre forme‘, organisée par la Fondation El Faqih El Tetouani, mercredi dernier, avec la participation de plusieurs journalistes et politiciens.

Hamouni a ajouté : ‘Aujourd’hui, il y a de grands défis devant le Royaume du Maroc, dont le principal est la résolution définitive du conflit artificiel concernant le Sahara marocain’ ainsi que les défis sociaux tels que la lutte contre la pauvreté et la précarité et toutes les formes de rente, et la répartition équitable de la richesse, tout en saluant la position respectée qu’a atteinte le Maroc, qu’il convient d’exploiter.

Un autre défi mentionné par l’orateur concerne la gouvernance et la gestion, en avertissant que ‘même si les moyens, les ressources financières et les crédits sont disponibles, en l’absence de mécanismes de contrôle, de bonne gouvernance et de gestion efficace, il n’est pas possible d’atteindre les objectifs annoncés’.

En ce qui concerne le climat démocratique, Hamouni, qui est également le président du groupe du Progrès et du Socialisme à la Chambre des Représentants, a estimé que ‘les efforts qui seront entrepris au niveau national dans les domaines économique et social doivent être fondés sur la démocratie et les libertés, comme des axes importants pour réaliser le développement’.

Face aux défis, l’orateur a énuméré ce qu’il a appelé ‘les opportunités dont bénéficie le Maroc’, telles que la stabilité politique et sociale, la position géopolitique, et l’honneur d’organiser la Coupe du Monde comme une opportunité de développement, les références fondamentales pour la réforme, la capacité du pays à résister aux crises et aux urgences, et les ressources exceptionnelles du tourisme, des recettes fiscales, et des richesses halieutiques et phosphatières.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *