Politique

La Chambre des représentants demande la déchéance de quatre députés de leur mandat

Le bureau de la Chambre des représentants a, lors de sa réunion tenue hier après-midi, mardi, référé quatre députés à la Cour constitutionnelle afin de les priver de leur adhésion à la première chambre du Parlement, suite à des décisions de révocation prononcées à leur encontre.

Une source a révélé au journal « Al3omk » que cela concerne le parlementaire du groupe socialiste Abdelkader El Boussairi, le député du groupe Istiqlal Mohamed Karimine, le parlementaire de l’Union Constitutionnelle Yassine El Radi, et le parlementaire du groupe du Progrès et du Socialisme Saïd Zaïdi.

Le bureau de la Chambre des représentants demande à la Cour constitutionnelle de priver Abdelkader El Boussairi de son adhésion à la Chambre des représentants, afin d’organiser les conséquences juridiques suite à la décision de révocation prise contre lui en tant que troisième vice-président de la commune de Fès.

En revanche, la demande de priver le député Karimine de son adhésion à la Chambre des représentants a été référée à la Cour constitutionnelle, suite à la décision de révocation prise contre lui en tant que président de la commune de Bouznika, et la demande de priver Yassine El Radi suite à sa révocation de la présidence de la commune de Sidi Slimane.

Quant au député Saïd Zaïdi, le bureau a référé la demande de le priver de son adhésion à la Chambre des représentants à la Cour constitutionnelle, suite à la décision de révocation prise contre lui en tant que président de la commune de Cherat.

Il convient de noter que le parlementaire Abdelkader El Boussairi est détenu à la prison de « Bourkaiz » depuis octobre dernier, où il est poursuivi pour « détournement de fonds publics, escroquerie, falsification de documents officiels et corruption ».

En revanche, l’Istiqlalien Mohamed Karimine a été révoqué de la présidence de la commune de Bouznika, après des plaintes concernant des soupçons de « violations dans la gestion du secteur de la propreté et de conflits d’intérêts », tandis que le parlementaire Yassine El Radi est derrière les barreaux depuis mai dernier pour « établissement d’une maison de prostitution et incitation à celle-ci ».

Dans un contexte lié, le parlementaire Saïd Zaïdi a été condamné à une peine ferme d’un an après sa condamnation pour « extorsion et corruption », après avoir été trouvé en possession d’un montant de 400 000 dirhams, qu’un entrepreneur prétend lui avoir remis pour l’aider dans un projet immobilier.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *