Daoudi démissionne après avoir participé au sit-in des employés de Centrale

07 juin 2018 - 01:05

Lahcen Daoudi démissionne. Le ministre PJDiste des Affaires générales et de la gouvernance a demandé, mercredi 6 juin, sa démission du gouvernement suite à sa participation très controversée au sit-in des employés de Centrale Danone tenu hier soir devant le Parlement à Rabat. 

Dans un communiqué publié mercredi soir, le PJD a annoncé qu’une réunion extraordinaire du secrétariat général du “parti de la lampe” s’est tenue sous la présidence de Saad Eddine El Othmani, secrétaire général du parti et chef du gouvernement.

“La réunion était consacrée aux implications de la participation de Lahcen Daoudi à une manifestation devant le Parlement mardi soir” indique le communiqué.

 Une participation qualifiée de “comportement inapproprié” par le secrétariat général du parti, qui précise “apprécier la responsabilité de Lahcen Daoudi de demander sa démission de sa fonction ministérielle”.
 Le PJD rejette par ailleurs “certaines déclarations contraires à la liberté d’expression émises par certains militants du parti contre Lahcen Daoudi”.

Mardi soir, une centaine d’employés de la filiale marocaine du groupe agroalimentaire français ont organisé un sit-in pour protester contre le récent boycott des produits laitiers par les consommateurs marocains qui risque de leur faire perdre leurs emplois.

La présence du ministre filmé aux côtés des manifestants en train de scander ”Ça ne se fait pas (le boycott, ndlr), l’économie est en danger”, n’est pas passée auprès des internautes, qui ont été nombreux à condamner cette immiscion d’un membre du gouvernement dans un sit-in organisé par une entreprise privée.

Le chef du gouvernement aurait ensuite appelé le ministre pour lui demander des explications sur sa présence dans cette manifestation, qualifiant celle-ci d’“inappropriée”.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

Maroc: La résolution du Parlement européen ne change rien à la nature politique de la crise bilatérale entre le Maroc et l’Espagne

La Chambre des représentants regrette que le Parlement européen soit instrumentalisé par quelques eurodéputés

Des députés européens vent debout contre une résolution controversée sur le Maroc