Hervé Renard : « Je dois féliciter mes joueurs pour cette Coupe du Monde » 

26 juin 2018 - 03:18

Voici les déclarations à l’issue du match Maroc-Espagne (2-2) pour le compte de la troisième journée de la coupe du monde de Russie, groupe B: 
Hervé Renard (sélectionneur du Maroc).

« L’équipe, qui a été mal récompensée, a joué pour gagner et a souffert comme toutes les autres équipes opposées aux Espagnols. Je dois féliciter les joueurs pour cette coupe du monde mais ils ont manqué d’expérience dans le premier match.

« La sélection est sortie la tête haute avec beaucoup de fierté et on gardera le mondial en mémoire pour longtemps d’autant que nous n’avons pas démérité contre deux des meilleures équipes du monde.

« Probablement le temps d’abstinence de 20 ans sans mondial y est pour quelque chose et il faut payer pour progresser. Maintenant, se concentrer sur l’essentiel et on aura le temps de se tourner vers l’avenir.

« Les Lions de l’Atlas auraient aimé lutter pour la qualification mais malgré le regret de passer si près de l’exploit, l’on doit être fier de ces joueurs et du public fantastique.

« Face à l’Iran, une équipe jouant la défense, l’on n’a pas été efficace mais l’équation n’était pas la même contre les Portugais et les Espagnols. Il fallait s’adapter à ces nouvelles donnes et bien protéger l’axe face aux espagnols, une équipe aimant garder le ballon avec les latéraux jouant très haut et, par conséquent, il fallait opter pour les contres pour avoir les opportunités, qui n’étaient pas rares.

« Il y a eu trois associations différentes (Benatia-Saiss, Benatia-Da Costa et Saiss-Da Costa) dans le tournoi dans la charnière centrale de la défense. Benatia a joué avec une inflammation et il ne fallait pas mettre en péril le joueur et le groupe. Le duo Saiss-da Costa a bien marché. C’est un choix par défaut et il ne fallait pas prendre de risque inconsidéré.

« Les cartons jaunes étaient, pour certains mérités sur des fautes, mais les joueurs ont été révoltés par la première grosse faute de Piqué non sanctionnée par un carton.
« Le métier d’arbitre est difficile et l’assistance vidéo a confirmé la validité du but de la seconde égalisation. Cependant, la grande interrogation est de savoir si le corner devait être tiré de l’autre côté ».

Fernando Hierro (sélectionneur de l’Espagne):

« Nous étions conscients du risque et des difficultés que nous poserait la très bonne sélection marocaine qui ne nous a pas fait de cadeau.
« Les joueurs marocains procèdent bien par les contre-attaques. Ils ont apporté la preuve de leurs capacités et de leurs moyens et ont été soutenus par des milliers de supporteurs pleins d’enthousiasme.

« Toutefois, les Espagnols sont habitués à jouer dans ce genre d’ambiance. Cela n’influe pas sur notre jeu et nous gagnons sur la pelouse.
« On s’est concentré sur notre match pour l’emporter et nous avons toujours une mentalité offensive et indépendamment de l’autre match (PortugalIran), on a essayé de se qualifier étant donné les capacités individuelles et collectives du groupe.

« Arithmétiquement le Onze marocain était éliminé mais il a été un rival solide. In fine et malgré les difficultés, la Roja est leader de son groupe et a une marge de manœuvre pour s’améliorer.

« Arrivés en tête, nous ne devons pas, non plus, se reposer sur nos lauriers pour atteindre nos objectifs »

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Laisser un commentaire

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Découvrez aussi

L’ONEE crée une Salle des Marchés pour la gestion des risques

L’UACC appelle à un plan Marshall pour la relance du secteur de la communication

Covid-19 : 238 nouveaux cas confirmés au Maroc, 12.290 au total