Manar Esslimi: Les résolutions du Conseil de sécurité sur le Sahara depuis 2018 veulent changer la situation à l’intérieur de l’Algérie

21 novembre 2022 - 08:00

Professeur d’études politiques et internationales à l’Université Mohammed V de Rabat, AbdeRahim Manar Esslimi, a estimé que les résolutions du Conseil de sécurité concernant le Sahara depuis 2018 tendent à exprimer une volonté internationale de changer la situation interne en Algérie, soulignant que le régime en place e n’a pas encore remarqué les transformations qui s’opèrent dans le monde et n’améliore pas son positionnement en son sein.

Il a ajouté que le régime algérien « vacille » et « s’effondre » et que « seul le boom du gaz peut l’arrêter ».

Les propos de l’universitaire sont intervenus dans son intervention intitulée « Les résolutions du Conseil de sécurité après 2018 qui veulent changer l’Algérie de l’intérieur », lors des activités du colloque national organisé à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Marrakech, samedi le thème « Évolutions de la question nationale. Dimensions, opportunités et défis ». .

Esslimi a enregistré un changement dans les résolutions du Conseil de sécurité depuis 2018, « qui sont des résolutions qui traitent de la situation à l’intérieur de l’Algérie », ajoutant que le langage des résolutions a également changé et est devenu plus restrictif pour l’Algérie.

Et il a souligné que cette transformation intervient à un moment où l’Algérie vit avec « la direction la plus faible du régime », commentant : « Personne ne s’attendait à ce que Chanegriha devienne commandant de l’armée, ni que Tebboune devienne chef d’Etat ».

Dans son intervention, Manar Esslimi a passé en revue un ensemble d’évolutions des situations internationales et régionales qui ont un impact sur le conflit du Sahara et la situation en Algérie, et les a résumées dans des titres tels que « La reconnaissance américaine de la marocanité du Sahara », et « L’ouverture des consulats et l’accumulation de l’équilibre juridique de la marocanité du Sahara », puis « Le dernier sommet arabe. » Et « la situation dans l’Union du Maghreb », en plus de « la fuite du message de Lamamra à l’Union africaine et sa reconnaissance de l’enfermement de l’Algérie et de l’accumulation des soutiens internationaux du Maroc », et « la position de l’OTAN sur le régime algérien et ses mises en garde à l’Union européenne », puis « la demande du Parlement européen de rompre la relation avec l’Algérie parce que de ses relations avec la Russie.

Il a révélé que l’Algérie est devenue plus préoccupée que jamais par le fait que le Maroc ouvre le dossier du Sahara oriental et revendique ses terres, soulignant que ces craintes ont été confirmées par des rapports des services de renseignement français.

Manar Esslimi a conclu son intervention en disant : « Nous avons toujours dit que le Polisario est une bombe qui va exploser au sein du Polisario, et il y a ceux qui confirment que le Front revendique maintenant les droits en Algérie ».

Il est à noter que ledit colloque a été organisé par le Centre Fromed, en partenariat avec le Laboratoire de Recherche Juridique et d’Analyse des Politiques de la Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales de Marrakech, affilié à l’Université Cadi Ayyad, et le Laboratoire de Droit Public et des droits de l’homme à la Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales de Mohammedia, affiliée à l’Université Hassan II. Ibrahim Sadok, et le chef de la région Laayoune-Sakia El Hamra, Sidi Hamdi Ould Errachid.

Inscrivez-vous à la newsletter

PARTAGEZ CET ARTICLE

Découvrez aussi

CFG Banque compte d’introduire une part de ses actions à la Bourse de Casablanca avant la fin de 2023

Luis Enrique : Le Maroc est la révélation de la Coupe du monde

Généralisation de la couverture médicale de base: les catégories cibles