Politique

L’Institut Groupe CDG organise un webinaire sous le thème «Piloter efficacement les territoires»

La réorganisation des pouvoirs entre les collectivités territoriales et l’administration centrale, à la faveur des différentes réformes territoriales engagées, appelle une nouvelle dynamique de coordination et à une convergence forte entre les nombreux acteurs du développement territorial. Le récent séisme qui a frappé plusieurs provinces du Haut Atlas nous a, malheureusement, rappelé l’urgence qui s’attache à ces enjeux.
Dès lors, qu’est-ce qui fait le succès de la gouvernance et du pilotage des territoires ? Comment rendre les politiques territoriales efficaces ?
Pour débattre de ces questions et déterminer les enjeux et les facteurs qui participent ou facilitent la concrétisation des politiques publiques au niveau territorial l’Institut Groupe CDG a réuni, le 22 septembre, lors de son premier webinaire du cycle « Regards vers le futur » pour l’année 2023, un panel d’experts et de praticiens sous le thème « piloter efficacement les territoires » :
Karim Achengli, Président du Conseil de la région Souss-Massa
Marouane Abdelati, Directeur du Pôle Relations avec les Territoires au sein de la Caisse de Dépôt et de Gestion
Driss Essaouabi, Directeur Général de la Société d’Aménagement Zenata
Tariq Akdim, Président du Logos, économiste et expert en politique territoriale de développement
Consacré par le texte constitutionnel de 2011 puis par les lois organiques régissant les collectivités territoriales de 2015 et, enfin, par le nouveau modèle de développement, le territoire, dans son acceptation locale, est devenu un élément récurrent à toutes les réflexions liées au développement socio-économique de notre pays, inaugurant « une entrée dans l’ère des territoires » selon la formule de M. Akdim.
Cette ère est l’aboutissement des avancées institutionnelles opérées par le Maroc depuis les années 1990, comme l’a rappelé M. Achengli, en se dotant successivement de la Charte Nationale de l’Aménagement du Territoire et du Schéma National d’Aménagement du Territoire, lesquels se déclinent au niveau local par les Schéma Régionaux d’Aménagement du Territoire et les Plans de Développement Régionaux.
L’ensemble de ces documents stratégiques qui sous-tendent la territorialisation des politiques publiques, place les collectivités territoriales dans une quête permanente de l’efficacité des politiques publiques et de l’organisation de leur espace géographique.
Ce faisant, la réalité actuelle des territoires soulève de nombreux défis. Leur développement pâtit de la multiplicité des acteurs institutionnels aux niveaux local et central, rendant le travail de coordination plus complexe alors même que l’espace temporel accordé aux autorités élues est très court, soit un mandat de six ans. Ce développement est, également, entravé par le manque de ressources humaines, de compétences et de management stratégique pour prendre en charge les projets de territoires.
À la lumière des échanges, un certain nombre d’enseignements ont pu émerger. La territorialisation des politiques publiques passe nécessairement par une connaissance la plus précise et la plus juste possible du territoire administré. En plus de cette connaissance, M. Abdelati a mis en évidence, l’importance « d’éléments immatériels » qui se révèlent à travers la volonté des acteurs à s’assurer que les projets puissent produire les résultats souhaités. Les acteurs impliqués dans le développement des territoires doivent se doter d’outils qui permettent une évaluation régulière des projets pour répondre à un besoin d’adaptation ou d’agilité devant les mutations rapides que connait notre temps. Enfin, M. Essaouabi a rappelé l’intérêt du recours aux sociétés d’aménagement pour combler « les lacunes conjoncturelles » des collectivités et les assister jusqu’à leur autonomie complète.
Face à l’accélération des évolutions en cours, de la fréquence des catastrophes naturelles ou encore du changement climatique, il apparait indispensable de renforcer la résilience des territoires pour leur redonner confiance. Une institution telle que la Caisse de Dépôt et de Gestion fait partie des acteurs importants qui peuvent contribuer au soutien, au pilotage et à la mise en œuvre rapide les projets de développement. En conclusion, M. Achengli, en tant qu’élu, a appelé à faire des notions de convergence, stratégie et synergie de véritables leviers pour que la politique serve le développement durable.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *