Chasse à la sous-facturation: 2,7 MMDH de recettes douanières supplémentaires encaissées annuellement – Al3omk

Chasse à la sous-facturation: 2,7 MMDH de recettes douanières supplémentaires encaissées annuellement

Flexibilisation-du-dirham.jpg

L’Administration des douanes et des impôts indirects (ADII) procède, dans le cadre de sa mission de traitement des déclarations, au redressement de près de 11 milliards de dirhams (MMDH) de valeurs de marchandises par an, ce qui lui permet d’encaisser des recettes douanières supplémentaires de l’ordre de 2,7 MMDH, indique son Directeur général, Nabyl Lakhdar.

 “Sans la vigilance et le travail acharné et permanent des douaniers, cet argent ne rentrerait pas dans les caisses de l’Etat”, a souligné M. Lakhdar dans un entretien publié lundi par L’Economiste, notant que l’Administration des Douanes dispose d’une base de données avec plusieurs milliers de produits référencés qui permet de déclencher des alertes en fonction de la marchandise déclarée. Le directeur général de l’ADII a souligné que la lutte contre la sous-facturation est un travail de veille de tous les jours, qui vise à actualiser régulièrement les prix et d’ajouter de nouveaux produits. Revenant sur les activités de contrebande, M. Lakhdar a relevé qu’au cours des derniers mois les services de la douane avaient saisi 5.000 portables au niveau de l’aéroport Mohammed V, des tonnes de produits alimentaires, des drogues dures et des quantités de hachich.

“Nous avons des secteurs affectés, des industries qui meurent, l’agro-alimentaire, le textile (…) qui perdent des emplois chaque année. Cette situation nous interpelle et nous incite à accentuer davantage notre action de lutte”, a-t-il expliqué.

 Evoquant les activités de contrebande exercées par des frontaliers, le DG de l’ADII a fait observer que ces derniers sont souvent manipulés par de gros trafiquants qui disposent de dépôts et de moyens logistiques importants, ajoutant que l’Administration des douanes, qui a érigé la lutte contre ce trafic en priorité, cible les gros contrebandiers qui profitent de la misère de ces gens et s’enrichissent sur leur dos en portant atteinte à la société.

L’action sera menée sur la première ligne au niveau de la frontière mais aussi sur la deuxième ligne, en s’attaquant aux dépôts de marchandises et aux réseaux de contrebande organisée, a-t-il fait savoir, mettant l’accent sur l’intérêt crucial que revêtent le renseignement, la coordination et le contrôle conjoint dans le domaine de la lutte contre la contrebande. A cet égard, M. Lakhdar a indiqué avoir entamé une série de réunions avec les responsables des autres corps pour essayer de mettre en œuvre les différentes formes de riposte et cadrer ainsi les actions sur la base d’une approche concertée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top