Des Marocaines racontent harcèlement et agressions sexuelles dans une minisérie web

52e919c9acbbbe7e5f1e082fee3ef236ad1d2ebb.jpg

Dans les douze épisodes de « Marokkiat », des femmes témoignent, en pleine rue et à visage découvert, et brisent les tabous.

Elles parlent à visage découvert de viol, d’homosexualité, de harcèlement dans la rue, des carcans vestimentaires et des interdits sociaux… Avec « Marokkiat », un format web tourné à Casablanca, des femmes marocaines prennent la parole et brisent les tabous.

Dès le premier épisode, Zahra, une vendeuse de rue d’une quarantaine d’années, déclare dans un grand rire « qu’il n’y a pas d’amour avec le Marocain » et qu’« au Maroc, l’amour c’est du business ». Depuis, en quelques mois, la série diffusée sur la page Facebook Jawjab a généré 6 millions de vues et 2,5 millions d’interactions.

« J’avais envie de poster des femmes dans la rue, dans cette rue hostile et sauvage qui ne leur appartient pas, pour que le temps d’une prise de parole, elles disent “je suis là, j’existe”, qu’elles s’approprient cet espace », explique Sonia Terrab, 33 ans, écrivaine et réalisatrice à l’origine des Marokkiat (« Marocaines », en arabe dialectal).

Dans sa mini-série de douze vidéos, douze femmes de tous âges, « simples »« normales », filmées debout dans la rue en plan large, partagent en soixante secondes leur vécu. La série « fait le portrait d’une société, d’une féminité à la marocaine », dit Sonia Terrab.

« L’homme te regardera toujours comme une chose »

Les chiffres sont éloquents : plus d’un Marocain sur deux reconnaît avoir déjà harcelé sexuellement une femme dans l’espace public et plus de 60 % des femmes déclarent avoir déjà été victimes de ce type d’agression, selon une récente étude publiée par l’ONU Femmes Maghreb. Symptomatiquement, les femmes sont plus nombreuses que les hommes à estimer que l’apparence de la victime provoque le harcèlement, selon cette étude.

« J’ai compris que je vivais dans une société où, que tu sois nue, habillée, en burqa ou même cachée sous un drap, l’homme te regardera toujours comme une chose », lance Khadija, 21 ans, dans l’un des épisodes des Marokkiat, racontant ce qu’elle vit depuis qu’elle porte le voile« La fille doit suivre des normes et s’habiller selon le principe des hommes, pour qu’ils ne soient pas tentés : n’importe quoi !, s’insurge Nada dans une autre vidéo. En tant que filles, on est des demi-êtres et ça, ça me dérange. »

Salima, 25 ans, cheffe d’équipe dans un groupe de commerce en ligne, a choisi de parler des agressions verbales provoquées par son tatouage, « perçu dans la rue comme un très gros acte de rébellion »« J’avais envie de partager mon expérience quotidienne », explique à l’AFP celle qui récuse les termes de « militante » ou de « féministe », parce qu’elle « n’aime ni les cases, ni les étiquettes ». Son témoignage a fait 340 000 vues et, ce qui l’a le plus étonnée, « c’est de lire des commentaires positifs ». L’expérience lui a donné force et courage : « Avant, j’étais plus dans la résilience, je me disais “c’est bon, je ne peux pas changer les choses” », confie la jeune femme.

« L’autocensure est une vraie question »

« Quand elles s’expriment sans filtre sur Internet, les filles ont des retours très violents en général », souligne Fatim Ben Cherki, 33 ans, directrice de l’incubateur Jawjab qui produit le projetMarokkiat. Filiale d’une société de production locale, Jawjab soutient les jeunes créateurs de contenus web en leur fournissant des moyens de production. Sa page Facebook diffuse les programmes, alimente le débat et génère des commandes pour sa production numérique, ce qui permet d’équilibrer les dépenses.

Avec Marokkiat« on a eu une avalanche de retours, des messages de soutien, des messages d’amour, des témoignages : beaucoup de filles se sont spontanément présentées pour venirs’exprimer, libérer leur énergie, parler de leur vie tout simplement », se félicite la patronne de Jawjab. « Ça casse les idées reçues », estime-t-elle, rappelant que « le Maroc est un pays à l’apparence ouverte où l’autocensure est une vraie question ».

Car les réseaux sociaux changent la donne. « On l’a bien vu avec le phénomène #MeToo, à travers le monde, on parle de troisième révolution féministe », relève Sonia Terrab. La réalisatrice est persuadée que « la parole est en train de se libérer au Maroc : chez les jeunes femmes, il y a un vrai désir d’émancipation, prendre la parole dans la rue et dans l’espace virtuel les dérange de moins en moins ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top