La Marocaine qui avait interpellé Macron est toujours en situation irrégulière à Paris

876450610001_5654671914001_5654655851001-vs.jpg

IMMIGRATION – En novembre dernier, les caméras de la chaîne d’information française BFM TV avaient capturé un bref échange entre Emmanuel Macron et Amina, une femme d’origine marocaine sans papiers que le président avait invité « à rentrer chez elle ». Un peu plus de deux mois plus tard, une journaliste de la chaîne l’a retrouvée dans les rues de Paris, où elle vit toujours en situation irrégulière.

Dans cet échange filmé, comme vous pouvez le voir ci-dessous, Amina est accompagné de son fils aîné, « au quotidien il joue le rôle de traducteur pour sa mère », précise la journaliste. Amina revient sur le jour de sa rencontre avec le président. Alors qu’elle se rendait à un cours de français donné par une association, elle a « croisé sur le chemin des gens rassemblés ». Apprenant la présence d’Emmanuel Macron, elle a saisi l’occasion de sa venue aux Restos du Coeur de banlieue parisienne pour lui demander un droit d’asile. Son visa de commerce étant expiré, elle souhaitait rester auprès de ses parents malades et résidents français.

Emmanuel Macron lui avait alors rétorqué que la France ne pouvais

pas accueillir sur son sol tous les gens en possession de visas temporaires, l’invitant à rentrer au Maroc, où elle n’est pas en situation de danger ni d’insécurité. « Vous pouvez venir les visiter (les parents de la jeune femme, ndlr) régulièrement si vous voulez. S’ils sont là, on les soigne. C’est ça le droit en France. C’est déjà très généreux, vous imaginez », avait-il tranché.

Ne maîtrisant pas le français, Amina confie qu’elle n’a pas réussi à lui expliquer « toute (sa) situation ». « On m’a dit plus tard qu’il avait dit que la France ne peut pas aider tout le monde, seuls ceux qui relèvent de l’asile politique. Je suis d’accord avec lui ». « Mes parents sont malades, les visas coûtent trop cher pour faire des allers-retours. En plus, c’est trop fatiguant. Alors j’ai décidé de venir ici avec mes enfants, pour aider mes parents », explique-t-elle à la journaliste.

Ce que le président ne savait pas, c’est que la Marocaine de 40 ans et mère de trois enfants est née en France dans le 20e arrondissement, certificat de naissance à l’appui qu’elle montre à la caméra. Ses parents, immigrés marocains régularisés, n’ont jamais fait les démarches nécessaires avant sa majorité pour qu’elle puisse obtenir la nationalité française qu’elle était en droit d’avoir par le droit du sol. « C’est de leur faute, pas la mienne. Mes parents m’ont envoyée au Maroc mais aujourd’hui, ils ont besoin de moi », défend-elle.

Elle vit actuellement dans un foyer Emmaus en attendant de trouver une solution à son problème de papiers. En cas de réponse négative, elle dit vouloir rentrer au Maroc où elle fera appel aux autorités marocaines pour obtenir à nouveau un visa et revenir en France auprès de ses parents.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top