Grogne sociale : Laftit stigmatise l’alliance des islamistes et de l’extrême gauche – Al3omk

Grogne sociale : Laftit stigmatise l’alliance des islamistes et de l’extrême gauche

laftit-e1504103676794.jpg

Le ministre de l’Intérieur, Abdelouafi Laftit, a réaffirmé, lundi, l’engagement ferme du gouvernement à soutenir le programme de développement de la province de Jerada et à redoubler d’efforts pour honorer ses engagements de développement annoncés, en consécration de ses responsabilités envers les citoyens à travers le Royaume, et ce en application des Hautes Directives de SM le Roi Mohammed VI, que Dieu L’assiste. 

S’exprimant lors d’une réunion de la Commission de l’intérieur, des collectivités territoriales, de l’habitat et de la politique de la ville à la Chambre des représentants, M. Laftit a souligné la volonté du gouvernement à apporter des réponses aux préoccupations des représentants de la nation concernant la situation dans la ville de Jerada, et les informer, ainsi que l’opinion publique nationale, des divers développements et circonstances entourant le sujet.

Le ministre a, ainsi, rappelé l’incident malheureux du décès de deux citoyens dans l’effondrement d’un puits traditionnel d’extraction de charbon le 22 décembre 2017, ajoutant que cet événement a jeté la lumière sur la situation sociale et économique de la province, qui constitue une grande partie des préoccupations du gouvernement et une priorité de ses politiques publiques, comme c’est le cas pour toutes les régions du Royaume.

Le ministre a noté, dans ce contexte, la détermination de l’Etat à insuffler une nouvelle dynamique au processus de développement dans la province, et ce depuis le début de la mise en application des dispositions de l’accord social signé suite à la fermeture de la plus grande mine de Jerada en 1998, faisant remarquer que ce processus de mise en œuvre a coûté environ 2,2 milliards de dirhams, parallèlement au soutien des programmes de développement dans la province.

En dépit des efforts déployés, a poursuivi M. Laftit, la région, à l’instar de plusieurs préfectures et provinces, souffre encore de déficit au niveau d’un nombre de domaines économique et social, précisant que le gouvernement s’emploie activement à y remédier à travers la mise en place de programmes de développement ambitieux qui répondent aux attentes de la population.

Dans ce sens, le ministre de l’Intérieur a relevé que le gouvernement veille à faire preuve d’interaction positive avec les revendications pour le développement de la province, en excluant toute approche sécuritaire dans la gestion des manifestations organisées par les habitants pendant près de trois mois et en optant pour le dialogue à travers la tenue de rencontres entre l’autorité préfectorale et provinciales et toutes les parties prenantes de la province, outre la visite effectuée à la province par des délégations gouvernementales afin de s’enquérir des préoccupations et revendications exprimées et chercher des solutions à même d’y répondre.

Selon M. Laftit, cette approche participative constitue la base de l’action gouvernementale en vue de prendre les mesures adéquates pour soutenir le programme de développement de la province, qui porte sur des projets sociaux, économiques et environnementaux dans le cadre d’un plan d’action clair approuvé par la majorité des acteurs locaux, qui ont exprimé leur satisfaction de l’interaction positive des autorités publiques vis -à -vis des attentes et des aspirations de la population.

Le ministre de l’intérieur a, à cette occasion, passé en revue les différents projets de développement mis en place auxquels un budget global de 900 millions DH a été alloué, portant essentiellement sur le renfoncement des équipements sociaux, la qualification urbaine et économique, la mise en place d’un fonds d’appui aux porteurs de projets, la création d’une centaine de postes de travail immédiats, l’élargissement de l’offre sanitaire, l’adoption de plusieurs mesures à même de réduire le coût de la consommation de l’eau et de l’électricité, la mise en œuvre de mécanismes d’inspection pour les licences d’exploitation, la promotion de la protection de l’environnement permettant à cette province de devenir la première à bénéficier « du programme national spécial de valorisation des déchets minéraux », la fermeture des centrales thermiques traditionnelles, ainsi que des puits abandonnés pour éviter tout risque possible. Malgré l’interaction positive du gouvernement avec les revendications exprimées, ajoute M. Laftit , certaines parties cherchent par tous les moyens à marginaliser les efforts déployés dans ce cadre, en incitant constamment la population à protester, dans une vaine tentative de faire chanter l’Etat.

Le gouvernement, de part ses attributions juridiques, veille à l’application de la loi et au traitement ferme de tout comportement irresponsable susceptible de porter atteinte à la sécurité et la stabilité de la région, a martelé M. Laftit, rappelant à titre d’exemple les événements de violence enregistrés le 14 mars, lorsque des éléments cagoulés ont provoqué les forces publiques, les attaquant avec des jets de pierres, ce qui les a obligées d’intervenir, en coordination avec le parquet compétent, pour disperser cette manifestation.

Ces attaques ont clairement démontré l’existence d’une volonté chez ces éléments de mettre en jeu les intérêts de la population, a souligné le ministre, précisant que la nature de ces attaques perpétrés à l’encontre des membres des forces publiques témoignent de culture de la violence en tant que comportement et idéologie.

Tout en déplorant les comportements de certaines parties qui devraient encadrer les citoyens et évaluer la situation de manière objective et équilibrée en harmonie avec la nature de leurs responsabilités politiques, M. Laftit a indiqué que ces actes provocateurs et irresponsables, ne servent que les intérêts de supports médiatiques hostiles au Royaume. Dans ce sens, M. Laftit a fait savoir que tous les indices et preuves disponibles montrent que les manifestations enregistrées dans la province de Jeradasont actuellement en phase de transition de groupes ayant des exigences sociales, économiques et environnementales en étape d’un processus à travers lequel des parties reconnues (tels le parti de la Voie démocratique et l’Association marocaine des droits de l’Homme), et d’autres non reconnues (telles Jamaâ Al Adl Wal Ihssane) tentent d’élargir les zones de protestations dans différentes régions du Royaume et exploiter tout mouvement social pour aggraver la situation.

Devant l’état d’impasse vécu par ces organismes et la faiblesse de leur discours politique, ils tentent de s’infiltrer dans tout mouvement de contestation dans le but d’embraser l’image de l’Etat devant l’opinion publique nationale et les organisations internationales de droits de l’Homme de manière à saper les projets de l’Etat et nuire aux efforts d’encadrement politique entrepris par les partis politiques et les syndicats sérieux, a-t-il expliqué.

En réponse à cet état de fait, le ministre a indiqué que pour tout un chacun qui s’engage à travailler dans la légalité, le chemin est balisé et emprunt d’acquis démocratiques historiques réalisés grâce à la sagesse de l’Institution Royale et au militantisme des instances politiques sérieuses qui veillent sur les intérêts de la nation.
« Toute partie, qui se croit être capable de réaliser ses objectifs non déclarés en travaillant dans les coulisses, se trompe parce que l’expérience marocaine a prouvé sans l’ombre d’un doute que le soutien au processus démocratique et de développement repose sur le travail sérieux et l’engagement responsable des institutions nationales », a-t-il martelé.

Les choix démocratiques adoptés par certains « ne font pas peur à l’Etat et ne perturbent pas le processus démocratique et de développement en tant que choix stratégique », a-t-il dit, affirmant que l’Etat restera fort tant qu’il repose sur des bases solides fondées sur la loi et rien d’autre. Le gouvernement continuera, avec sagesse et détermination, à appliquer la loi, à protéger l’ordre et la sécurité publics et à affronter résolument tous les agissements et les comportements irresponsables, a-t-il conclu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top