Le Maroc adopte la « Déclaration de Tunis » de lutte contre l’apatridie

bassima-hakkaoui-925x430.jpg

Une campagne intitulée « I BELONG » (J’appartiens) a été lancée, mercredi, en parallèle avec la publication de la « Déclaration de Tunis » relative à la lutte contre l’apatridie dans la région arabe.

La déclaration, adoptée au terme du 1er congrès ministériel sur « l’appartenance et l’identité juridique » initié en partenariat entre la Ligue arabe et le Haut Commissariat des Nations unies pour les réfugiés (HCR) auquel le Maroc était représenté par la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’égalité et du développement social, Bassima Hakkaoui, a appelé à « fournir une plus grande protection aux enfants réfugiés, en particulier ceux non accompagnés ou séparés de leurs familles ».

Elle a insisté sur la nécessité d’apporter à ces enfants le soutien psychologique et moral nécessaire, appelant la Ligue arabe à élaborer un guide de référence des enfants réfugiés et déplacées à la naissance.

Le document a de même exhorté les pays membres à élaborer de nouvelles législations ou la révision de celles relatives à la nationalité, la mise en place d’une base de données des lois relatives au statut personnel, l’état civil et aux lois sur la nationalité dans les pays arabes, avec la possibilité de bénéficier de l’expertise du HCR.

 La Déclaration a appelé les pays à mettre un terme à toutes les formes de discrimination en matière de nationalité conformément aux normes internationales et en respectant les intérêts nationaux des pays, ainsi qu’à renforcer la coordination avec la Ligue arabe en matière d’échange d’expériences et de bonnes pratiques en vue de promouvoir l’égalité entre hommes et femmes dans le cadre du plan de développement durable pour 2030.

Cette rencontre, qui a permis de faire la lumière sur les réformes et les meilleures pratiques favorisant la protection des enfants apatrides, outre le renforcement des procédures garantissant l’acquisition d’une nationalité, vient concrétiser les recommandations issues du premier congrès arabe sur les nouvelles pratiques et les opportunités régionales de renforcement des droits de la femme à l’égalité dans l’obtention de la nationalité, qui a eu lieu les 1 et 2 octobre 2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top