Décès d’un journaliste palestinien blessé par des tirs israéliens

5ae09bf21a00004300cdcd2f.jpeg

Palestinians run during clashes with Israeli troops at a protest demanding the right to return to their homeland, at the Israel-Gaza border east of Gaza City April 20, 2018. REUTERS/Mohammed Salem

 Le journaliste palestinien Ahmed Abou Hussein, blessé le 13 avril par des tirs de soldats israéliens lors de manifestations dans la bande de Gaza, est mort des suites de ses blessures, selon sa famille et les autorités palestiniennes. Âgé de 25 ans, il travaillait pour la station palestinienne Radio Shaab et comme photographe pour un autre organe de presse. L’hôpital israélien où il a été hospitalisé a confirmé sa mort sans donner plus de détails.

Voir l'image sur Twitter

“Le ministère de la santé annonce le décès du photo-journaliste Ahmed Abou Hussein. C’est le deuxième à mourir en martyre pour la recherche de la vérité #YasserMurtaja.”

Le décès d’Ahmed Abou Hussein porte à 41 le nombre de Palestiniens tués par des soldats israéliens, dont 2 journalistes, depuis le 30 mars, date de début d’un vaste mouvement de protestation appelé “la marche du retour”. Selon l’AFP, “l’armée israélienne dit ne tirer que si c’est nécessaire, selon de strictes règles d’engagement et pour protéger la barrière de sécurité, les soldats et la population israélienne”.

Des dizaines de milliers de Palestiniens de la bande de Gaza se rassemblent tous les vendredis, depuis le 30 mars, auprès de la frontière israélienne pour revendiquer le droit des Palestiniens à retourner sur les terres dont ils ont été chassés ou qu’ils ont fuies à la création de l’Etat d’Israël, en 1948.

Les manifestations se poursuivront jusqu’au 15 mai, date qui coïncide avec le 70e anniversaire de l’exode palestinien (Nakba).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

scroll to top